Mieux comprendre les formats d'images ! | uP! formations
283
post-template-default,single,single-post,postid-283,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,qode-social-login-1.0.1,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-18.0.9,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 

Mieux comprendre les formats d’images !

Voici une question que nous nous posons souvent ! Dans quel format de fichier dois-je enregistrer mes photos ou montages numériques ? Afin de répondre à cette question et de mieux comprendre les formats d’images, nous allons faire une visite guidée des formats de fichiers les plus utilisés en photo. Comme vous allez le voir, chaque format a bien sur ses avantages et inconvénients…

Après un travail de retouche de vos images, il suffit d’aller dans le menu “Fichier/Enregistrer sous” de votre logiciel de retouche photo favori et de regarder les différentes options qui s’offrent à vous.
comprendre les Formats d'images
Les formats de fichiers à connaître en photographie numérique se comptent sur une main. Ces 5 formats vous permettront de répondre à tous vos besoins en matière de diffusion de vos images (print, web,vidéo…).

Les formats pour le web

1. Le format JPG ou JPEG (Joint Photographic Experts Group)

C’est le format de fichier le plus connu. Il est présent à la fois dans vos appareils photos et sur internet.

Avantages :

  • Il permet une compression importante des images sans grosse perte de qualité, à condition de choisir le niveau de compression le moins important (cf comparaison ci-dessous).
  • C’est un format universel, aussi bien en prise de vue, qu’en diffusion et même en impression. Il est donc par conséquent, lu par tous les appareils numériques (ordinateurs, téléphones portables, lecteurs de DVD, télévision, tablettes, cadres numériques …)
  • Les photos en Jpeg sont immédiatement exploitables et publiables en l’état.

Inconvénients :

  • Il ne gère pas les calques. Un photomontage comprenant des calques et enregistré en Jpeg sera alors « aplati » et perdra donc tous ses calques.
  • Il ne gère pas les zones transparentes et affiche donc du blanc là ou il n’y a pas de couleur.
  • Il ne permet pas de corriger ou retoucher des photos qui sont fortement sous ou sur exposées.

2. Le format GIF (Graphic Interchange Format) :

Il a eu son heure de gloire au début d’Internet. Avant l’apparition du flash ou de la vidéo, c’était la solution privilégiée des webmasters pour mettre un peu d’animations sur les sites web. C’est également un format compressé mais à la différence du JPEG, il est sans perte et l’on ne peut donc pas choisir le niveau de compression.

Avantages :

  • Il permet donc de créer des petites animations (on peut presque dire que Gif permet l’affichage des différents calques d’une image même si ceux-ci ne sont pas conservés dans le fichier). Attention cependant à la taille de l’image qui peut vite devenir importante et poser des problèmes de fluidité sur les pages web.
  • Il gère l’affichage des zones transparentes.
  • Il est plus léger que les autres formats (quand il n’affiche pas d’animations).

Inconvénients :

  • Il ne gère que 256 couleurs et n’est donc pas adapté à l’affichage de photos ou de dessins comprenant des dégradés.

3. Le format PNG (Portable Network Graphic) :

Troisième et dernier format de fichier compressé, il a été créé après le Jpeg sur le net ou il est également très présent.

Avantages :

  • Comme le Gif, il gère les zones transparentes.
  • Il permet d’effectuer une compression sans perte des données. Les photos obtenues sont donc de meilleure qualité.
  • Il offre aussi la possibilité d’entrelacer ses photos.

Inconvénients :

  • Le poids du fichier est plus lourd que pour le Jpeg. Attention donc aux grandes photos qui risquent de ralentir l’affichage des pages.
  • Il n’est pas aussi universel que le Jpeg et n’est donc pas lu sur toutes les télévisions ou lecteurs de DVD.

Les formats pour l’impression

1. Le format PSD (PhotoShop Document) :

C’est le format natif de Photoshop. Il s’intègre donc parfaitement dans le flux de création numérique des logiciels de la suite d’Adobe. C’est bien sur le format favori des photographes et graphistes.

Avantages :

  • Il n’y aucune compression de l’image. Tous les calques et couches sont conservés.
  • Il est lu par tous les logiciels de retouche photo.

Inconvénients :

  • Cette absence de compression devient également un problème car le fichier peut rapidement atteindre une taille gigantesque (plusieurs centaines de mégas si votre image est de grande taille et a beaucoup de calques).

2. Le format TIF ou TIFF (Tag Image File Format) :

Également très répandu, c’est un peu le standard dans la famille des formats de fichiers photo non compressés. Il est parfaitement adapté à l’impression de vos photos.

Avantages :

  • Permet comme le PSD de conserver les calques.
  • Le Tiff est lu par la totalité des logiciels de retouche photo (y compris les bornes de tirage photo).
  • Il autorise également la compression des calques, ceci, sans perte de données.
D’autres formats de fichiers existent comme EPS, BMP, PDF, Targa … mais ceux-ci n’offrent guère d’intérêts pour le grand public.

Comments

comments